Un Nokia sous Android ? Non, vous ne rêvez pas. Le fabricant de téléphone finlandais, devenu filiale de Microsoft, ne se limite plus à la conception de Windows Phones. Il a lui aussi succombé à l’appel du système d’exploitation de Google.

A la clé, un téléphone compact, bien fini, coloré, double Sim, doté des excellentes applications de Nokia (cartographie Here et RadioMix) et d’une autonomie tout à fait correcte, un peu supérieure à une journée en utilisation classique (appels, SMS et un peu de surf Internet). Surtout, il est proposé à un prix défiant toute concurrence : 99 euros (119 euros avec une remise de 20 euros de la part du fabricant). Voilà pour le côté positif.

Un Android camouflé sous une surcouche de Windows Phone

Mais évidemment, à ce tarif, l’écran n’est pas HD, les performances du processeur sont juste correctes, il n’est pas compatible 4G et son capteur photo assure à peine le minimum syndical. Et si la surcouche appliquée sur Android 4.1.2 Jelly Bean ressemble comme deux gouttes d’eau au look d’un Windows Phone, son intégration n’est pas toujours des plus heureuse visuellement.

Qui plus est, Nokia a supprimé toutes les applications Google pour les remplacer par les services Microsoft. Bref, tout a été fait pour camoufler Android, y compris le magasin d’applis qui n’est pas le Google Play mais le Nokia Store, moins fourni. A noter aussi la présence d’un seul et unique bouton sous l’écran, qui sert à la fois de bouton retour et d’accès à l’écran d’accueil. Assez déroutant de prime abord.

In fine, ce smartphone d’entrée de gamme est un bon choix pour un ado ou une personne qui ne veut pas débourser plus de 100 euros sans pour autant sacrifier une certaine qualité.